La cuisine maltaise est marquée par les influences étrangères et culturelles dont le pays fut l’objet au cours de son Histoire. Elle reste cependant dominée par la cuisine méditerranéene. Bien qu’on ne puisse parler de gastronomie maltaise, elle reste riche et authentique.

Les hors-d’oeuvres et les soupes

Les Maltais mettent à l’honneur l’huile d’olive dans leurs apéritifs. On la retrouve dans le Bigilla, un pâté de fèves incluant également de l’ail et du persil. La Minestra est une soupe épaisse et consistante, riche en légumes frais et secs. En y ajoutant un morceau de fromage de brebis ou de chèvre, elle devient la Soppa-Tal-Armla.

Les plats

Les Maltais cuisinent énormément le poisson: la dorade ou Lampuki, le poulpe à la tomate, le thon ou Tonn mangé cru ou cuit. Les légumes d’été garnissent le Kapunata, une ratatouille de tomates, aubergines, poivrons et câpres. Le Qarabali propose des courgettes farcies à la viande hachée. Pâtes, pizzas sont largement servis dans les restaurants, mais le plat typique reste le Fenkata, un lapin cuisiné en sauce.

Les pains, desserts et autres douceurs

Le gros pain rond au levain, ou Hobza, révèle une croûte croustillante et une mie légère. On peut lui préférer le Ftira, sa version plate et compacte.
Les pâtisseries sont riches et sucrées, garnies de pistaches, de pâte d’amande dans le Figolli ou de miel dans le Honey ring. En version salée, la ricotta est l’ingrédient principal des feuilletés chauds ou chaussons.

Les boissons

La boisson traditionnelle de Malte est la Kinnie, sans alcool, un peu amère à cause de son mélange d’oranges et de plantes. La bière la plus appréciée est la blonde Cisk, peu onéreuse. Les vins rouges et blancs proviennent de cépages en majorité italiens et français, le manque de place sur le territoire exigeant l’importation des raisins.

Une pensée sur « Les spécialités culinaires de Malte »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *